IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Visual Studio est enfin dans le Microsoft Store sous Windows 11,
L'éditeur de code Visual Studio Code est également disponible

Le , par Bill Fassinou

47PARTAGES

5  0 
Windows 11, le nouveau système d'exploitation de Microsoft, devrait être livré cet automne et l'entreprise fait tout pour encourager une adoption massive de l'OS dès sa sortie. En ce qui concerne les développeurs, en dehors des nouvelles fonctionnalités de Windows 11, l'entreprise fait du nouveau Microsoft Store un atout pour les attirer. Cette semaine, la société a annoncé que son EDI légendaire Visual Studio et son éditeur de code phare Visual Studio Code sont désormais disponibles dans le Microsoft Store sous Windows 11. Teams devrait également faire son apparition dans la vitrine.

Cela fait presque dix ans que Microsoft a lancé sa boutique d'applications sur Windows 8. Évidemment, l'objectif de toute boutique d'applications est d'être un endroit où vous pouvez trouver en toute sécurité toutes les applications que vous voulez - y compris les applications propriétaires de l'entreprise - et c'est un objectif que la firme de Redmond n'a pas été en mesure d'atteindre. En fait, la situation a été si mauvaise que pendant toutes ces années, Microsoft n'a même pas été en mesure de placer ses propres applications dans sa propre boutique. Cependant, cette situation est en train de changer avec Windows 11.



L'entreprise a annoncé jeudi que vous pouvez obtenir Visual Studio Code et Visual Studio Community dans le Microsoft Store sur le système d'exploitation de nouvelle génération. Ces applications sont désormais disponibles dans la vitrine du magasin d'applications au côté du nouveau navigateur Edge. Il faut noter que le nouveau Microsoft Store de Windows 11 (et bientôt Windows 10) est en train de devenir rapidement un hub pour toutes les applications de bureau Windows, qu'elles soient UWP, Win32 ou PWA. Microsoft est déterminé à montrer au monde que ce nouveau Store est la vraie affaire et y apporte ses propres applications phares.

Ces applications utilisent les nouvelles politiques du Store qui permettent à Microsoft de les soumettre en tant qu'applications Win32 non packagée. De ce fait, le Microsoft Store téléchargera un installateur indépendant et installera le programme en dehors du Store. Cela permet à ces applications de fonctionner comme si elles avaient été téléchargées à partir du Web, ce qui signifie qu'elles peuvent gérer leurs propres services de mise à jour et de diffusion de contenu. En outre, Microsoft devrait ajouter davantage de ses applications au Store au fil du temps. Il y a quelques semaines, la société a répertorié Edge.

L'on s'attend également à voir Microsoft Teams à un moment donné. Maintenant qu'il n'y a plus de limitations sur le type d'applications qui peuvent être ajoutées à la vitrine, il est logique de voir Microsoft (et d'autres développeurs) mettre leurs applications dans la boutique. Il s'agit là de l'un des changements importants, mais aussi "longtemps attendus" dans la boutique de Microsoft : tout le monde peut désormais mettre n'importe quelle application qui fonctionne pour Windows sur Microsoft Store. Il a fallu près de dix ans à Microsoft pour le faire. À l'époque de Windows 8, il fallait créer une application entièrement nouvelle pour la faire entrer dans le Windows Store.

Avec Windows 8.1, la société a lancé ce qu'elle a appelé les applications universelles, qui étaient essentiellement des interfaces utilisateur distinctes pour Windows 8.1 et Windows Phone 8.1, mais avec une base de code commune. Microsoft s'est vite rendu compte que c'était un mauvais plan. Personne ne réécrivait ses applications pour les placer sur une plateforme immature comme le Windows Store de Windows 8, et il ne semblait pas que Windows 8 et son environnement plein écran allaient décoller de manière significative. C'est là que Windows 10 est apparu.

Avec Windows 10, Microsoft a lancé Universal Windows Platform (UWP), qui permet aux développeurs de créer une application avec une interface utilisateur réactive pour tous les appareils Windows. Mais ce n'est pas tout, car la firme de Redmond ne vous demande plus de reconstruire entièrement votre application. Elle a présenté quatre passerelles, dont trois ont effectivement été livrées. Le projet Islandwood permettait de recompiler du code iOS existant pour en faire une application Windows. Le projet Westminster permettait d'empaqueter une application Web hébergée, et le projet Astoria.

Astoria, qui n'a jamais été livré, devait permettre d'exécuter des applications Android sous Windows. Plus important encore, le projet Centennial permettait aux développeurs d'empaqueter leurs applications Win32 et de les placer dans le Microsoft Store. En effet, il n'était plus nécessaire d'écrire une nouvelle application. Mais cela ne suffisait toujours pas. Il n'était même pas suffisant pour permettre à Microsoft de mettre ses propres applications dans le magasin. L'entreprise y a mis Office 365 (aujourd'hui Microsoft 365) pendant une courte période, puis a fini par retirer la suite d'applications.

Maintenant, avec Windows 11, vous pouvez mettre n'importe quelle application dans le Microsoft Store, et elle n'a même pas besoin d'être packagée. En bref, le fait que Visual Studio soit enfin présent dans le Microsoft Store est un événement majeur. Il s'agit d'un projet qui a nécessité une décennie de travail et qui permet de distribuer des applications plus complexes sur la plateforme. Comme indiqué précédemment, les applications proposées sont Visual Studio Code et Visual Studio Community. Cette dernière est la version complète de Visual Studio, et elles sont toutes deux gratuites.

À ce stade, le Microsoft Store sert de lieu de découverte des applications de bureau à travers le Web. Adobe devrait bientôt intégrer sa suite Creative Cloud dans la boutique, et les développeurs s'attendent à ce que des applications comme Firefox ou Google Chrome y soient également intégrées.

Source : Scott Hanselman de Microsoft

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous du nouveau Microsoft Store ?
Que pensez-vous de l'intégration de Visual Studio et de Visual Studio Code ?

Voir aussi

Windows 11 : une enquête indique que plus de la moitié des utilisateurs envisagent de passer à l'OS. Le menu Démarrer et la prise en charge native des apps Android étant deux principaux atouts

Windows 11 tourne déjà sur Raspberry Pi 4, une opération rendue possible grâce à des projets open source comme Windows on Raspberry

Microsoft confirme que la barre des tâches de Windows 11 ne prend plus en charge le glisser-déposer. L'entreprise fait marche arrière sur le mode sombre : Windows 11 sera livré en mode clair

Microsoft Teams 2 utilisera deux fois moins de mémoire et abandonnera Electron pour Edge Webview2, l'application devrait être intégrée à la barre des tâches de Windows 11

Windows 11 : voici comment masquer le panneau Recommandé dans le menu Démarrer

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Michael Guilloux
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 14/09/2021 à 15:45
Windows 11 : Mozilla réussit à contourner les paramètres de navigateur par défaut à la peau dure de Microsoft
et rend plus facile de choisir Firefox

Firefox étant en perte de popularité ces dernières années, c'est avec un gros mécontentement que Mozilla a accueilli les changements de Microsoft pour endurcir les paramètres d'applications par défaut dans Windows 11. Dans la version 91 de son navigateur, publiée au mois d'août, Mozilla a donc contourné les politiques de Microsoft pour permettre aux utilisateurs d'adopter plus facilement Firefox comme navigateur par défaut.

Exaspéré par la nouvelle interface des applications par défaut de Windows 11, Mozilla a contourné les protections de Microsoft pour rendre plus facile de passer à Firefox par défaut.

Dans le passé, lorsqu'une application Windows voulait devenir le programme par défaut, elle effectuait le changement par programmation en modifiant le registre. Comme certains programmes ont commencé à détourner les paramètres par défaut sans autorisation de l'utilisateur, Microsoft a décidé d'ajouter des restrictions dans Windows 10 en obligeant les utilisateurs à choisir de manière plus explicite leurs programmes par défaut. À partir de Windows 10, pour qu'une application puisse être définie par défaut, il est nécessaire de lancer l'écran des paramètres des applications par défaut et inviter l'utilisateur à sélectionner l'application qu'il souhaite utiliser. Si un programme piratait les entrées du registre sans utiliser cette interface, Windows 10 réinitialisait les paramètres aux valeurs par défaut de Windows et en avertissait l'utilisateur.

Cette méthode a très bien fonctionné dans Windows 10 car dans la plupart des cas, elle empêche les programmes de pirater les paramètres et permet à l'utilisateur de contrôler ses programmes par défaut. Malheureusement, au détriment de la concurrence, Microsoft a rendu plus difficile le changement de navigateur par défaut dans la prochaine version majeure de son OS.

Si Windows 11 apporte de nombreux changements positifs à l'interface utilisateur, l'expérience des applications par défaut est un pas en arrière. Comme dans Windows 10, une invite s'affiche lorsque vous installez un nouveau navigateur et ouvrez un lien Web pour la première fois dans Windows 11. Cependant, c'est la seule opportunité de changer facilement de navigateur par défaut. Si vous choisissez un navigateur autre que Microsoft Edge, et que vous oubliez de cocher la case « toujours utiliser cette application », la valeur par défaut (Edge) ne sera pas modifiée et vous n'aurez plus jamais la possibilité de revoir cette invite de choix par défaut lorsque vous cliquez sur des liens Web.

Bien sûr, vous pourrez toujours vous rattraper, sauf que l'expérience de changement des paramètres par défaut est maintenant très déroutante par rapport à Windows 10. Modifier les applications par défaut dans Windows 11 n'est pas aussi simple que de cliquer sur le paramètre "Navigateur Web" et de sélectionner le navigateur de votre choix. Vous devez maintenant rechercher chaque extension de fichier et chaque protocole (HTM, HTML, PDF, SHTML, SVG, WEBP, XHT, XHTML, FTP, HTTP et HTTPS) et les associer manuellement au programme que vous souhaitez utiliser.

En d'autres termes, les utilisateurs devront parcourir une série de paramètres Windows 11 ennuyeux, et beaucoup vont certainement abandonner en cours de route. Pour éviter cela, Mozilla a procédé à une ingénierie inverse des paramètres par défaut de Windows 11 pour permettre aux utilisateurs de faire de Firefox le navigateur par défaut en un seul clic.

A partir de Firefox 91, vous pouvez désormais définir Firefox par défaut à partir du navigateur en cliquant sur le bouton « Make Default », et il fera tout le travail en arrière-plan sans vous rediriger vers l'écran de paramètres "Applications par défaut" de Windows 10 ou Windows 11.


Grâce à de l'ingénierie inverse, Mozilla a pu contourner les protections anti-piratage que Microsoft a intégrées à Windows pour garantir que les logiciels malveillants ne puissent pas pirater les applications par défaut.

« Tous les systèmes d'exploitation devraient offrir un support officiel aux développeurs pour le statut par défaut afin que les utilisateurs puissent facilement définir leurs applications par défaut. Comme cela ne s'est pas produit sur Windows 10 et 11, Firefox s'appuie sur d'autres aspects de l'environnement Windows pour offrir aux utilisateurs une expérience similaire à celle que Windows fournit à Edge lorsque les utilisateurs choisissent Firefox comme navigateur par défaut », affirme Mozilla, clairement fatigué de la manière dont Microsoft complique les choses.

Ce n'est pas la première fois que Mozilla s'insurge contre les choix de Microsoft relatifs à la définition du navigateur par défaut sur Windows. En 2015, suite à la sortie de Windows 10, le PDG de Mozilla Chris Beard a envoyé une lettre ouverte au PDG de Microsoft, Satya Nadella, pour exprimer son mécontentement face au choix de Microsoft Edge comme navigateur par défaut ; un choix qui selon lui s'est fait au détriment de la « volonté de l’utilisateur ». Il a dénoncé le fait que « l’expérience de mise à jour [vers Windows 10] semble avoir été conçue pour se débarrasser des choix qui ont été faits par les clients en ce qui concerne l’expérience Internet qu’ils veulent, et les remplacer par ceux que Microsoft a décidés pour eux ». S'il était toujours techniquement possible de conserver les paramètres par défaut des utilisateurs, Chris Beard regrettait que la conception de l’expérience de mise à jour et l’API des réglages par défaut ont été modifiées pour rendre cela moins évident et plus difficile.

Microsoft a peut-être de véritables raisons, notamment liées à la sécurité, de rendre plus difficile le changement des applications par défaut, mais cela porte préjudice à la concurrence qui ne demande que des règles du jeu équitables. Maintenant que Firefox est dans une condition précaire en termes de popularité, avec près de 50 millions d'utilisateurs perdus en trois ans, il est évident que l'organisation ne pouvait pas restée les bras croisés face à cette situation qui pourrait l'enfoncer davantage. C'était la goutte d'eau qui a fait débordé le vase.

Mozilla permet aux utilisateurs de passer à Firefox beaucoup plus facilement s'ils le souhaitent, mais leur laisse toujours le contrôle de leur navigateur par défaut. Reste à savoir si Microsoft va réagir et si Chrome et les autres navigateurs concurrents vont emboiter le pas à Mozilla.

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Firefox a perdu près de 50 millions d'utilisateurs en 3 ans, il passe de 244 millions à la fin de 2018 pour 198 millions à la fin du 2T21
Microsoft aurait rendu plus difficile le changement de navigateur par défaut dans Windows 11, le choix du navigateur par défaut devrait être une solution simple
Mozilla n'est pas du tout content de l'adoption de Chromium par Microsoft, les navigateurs non basés sur la techno de Google sont-ils en danger ?
Mozilla s'est débarrassé de tous les ingénieurs travaillant sur le moteur de rendu Servo, lorsque l'entreprise a annoncé en août son intention de licencier environ un quart de ses effectifs
18  0 
Avatar de sergio_is_back
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/09/2021 à 8:14
Je demande à voir.

Windows est toujours rapide après une nouvelle installation propre mais au fur à mesure que le système de fichiers grossi NTFS fait de la résistance... Et ça dégrade les performances.
12  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 20/09/2021 à 10:47
Citation Envoyé par redcurve Voir le message
Il y a encore des gens qui utilisent virtualbox
Si tu as un meilleur alternative multiplateforme et libre, je suis preneur.
12  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 24/09/2021 à 22:33
Windows 11 : Microsoft publie son OS sur le canal Release Preview, la dernière étape avant le déploiement général
prévu le 5 octobre

Après des mois de tests, Microsoft a publié Windows 11 sur son canal Release Preview. Il s'agit de la dernière étape avant sa diffusion plus large sur les appareils existants le 5 octobre. Si vous ne voulez pas attendre cette date, vous pouvez passer à la version préliminaire de Windows 10 dès maintenant et obtenir la mise à niveau gratuite de Windows 11 en avance.

Microsoft devrait commencer le déploiement de Windows 11 le 5 octobre. Cependant, comme la nouvelle version est quasiment prête pour la production, vous pouvez la télécharger plus tôt à l'aide du programme Windows Insider.

Pour mémoire, le programme Windows Insider est un programme de test conçu pour que les développeurs explorent de nouvelles fonctionnalités et préparent leurs applications pour la dernière version. Mais il est également ouvert à tous ceux qui souhaitent faire part de leurs commentaires et contribuer à façonner l'avenir du système d'exploitation. Le programme est disponible en trois niveaux de préparation différents (Dev, Beta et Release Preview Channels) pour se familiariser avec les améliorations et soumettre des commentaires.
  • Canal de développement : Le canal de développement est parfait pour les utilisateurs hautement techniques qui aiment être les premiers à voir les dernières fonctionnalités et mises à jour pour tout ce qui concerne Windows. Ce ne sont pas toujours des versions stables, et parfois vous verrez des problèmes qui bloquent les activités clés ou nécessitent des solutions de contournement. Les commentaires aident les ingénieurs à apporter des correctifs et des modifications majeurs au dernier code.
  • Canal bêta : Le canal bêta est parfait pour les premiers utilisateurs qui souhaitent avoir un aperçu de la prochaine évolution du système d'exploitation ou valider les dernières mises à jour et fonctionnalités de Windows, mais qui ont toujours besoin de mises à jour fiables et validées par Microsoft. Dans le cadre du canal bêta, vous verrez des versions liées à une version spécifique à venir, comme 20H1 ou 20H2. Vos commentaires seront particulièrement importants ici, car ils aideront les ingénieurs à s'assurer que les problèmes clés sont résolus avant les versions majeures.
  • Release Preview Channel : Dans le Release Preview Channel, vous obtiendrez la prochaine version de Windows avant sa disponibilité générale, avec des mises à jour de qualité avancées et certaines fonctionnalités clés.

C'est donc à cette dernière étape que se trouve Windows 11 ; vous pouvez utiliser le Release Preview Channel pour mettre à niveau un ordinateur compatible avant qu'il ne soit généralement disponible. Cependant, étant donné qu'il s'agit toujours d'une préversion, il existe un petit risque de problèmes que Microsoft effectue les dernières corrections avant que le système ne soit publié en disponibilité générale.

Si votre ordinateur est compatible avec le nouveau système d’exploitation (utilisez l'utilitaire PC Health Check pour le vérifier) et que vous êtes un Insider (si ce n'est pas le cas vous pouvez le faire en vous inscrivant ici), voici comment effectuer l’installation :
  1. Sur votre PC Windows 10 existant, rendez-vous dans les Paramètres de votre PC et cliquer sur « Mise à jour et sécurité » puis « Programme Windows Insider »
  2. Cliquez sur le bouton Commencer et associez le compte Microsoft que vous avez utilisé pour vous inscrire en tant que Windows Insider.
  3. Lorsque vous êtes invité à choisir vos paramètres Insider, sélectionnez l'anneau Release Preview.
  4. Confirmez et acceptez les conditions de Microsoft, puis redémarrez votre PC.
  5. Retournez dans Paramètres> Mise à jour et sécurité, et vous devriez voir une nouvelle bannière avec la mise à jour facultative vers Windows 11.
  6. Cliquez sur l'option de téléchargement et d'installation et suivez les instructions pour obtenir Windows 11 plus tôt.


Le numéro de build dans le canal Release Preview est 22000.194, la même version publiée sur le canal Beta le 16 septembre.

Microsoft prévient que le déploiement sera progressif et concernera d'abord les machines les plus récentes. Si vous ne voulez pas attendre, il sera toujours possible de réaliser une installation manuelle en allant sur le site de l'éditeur et en utilisant par exemple l'assistant de mise à jour. L'éditeur a publié des fichiers ISO pour Windows 11 build 22000.194.

Si vous n’êtes pas encore prêt à profiter du nouveau système d’exploitation, vous pouvez très bien rester sur Windows 10. Il suffit dans ce cas de sélectionner le bouton « Rester sur Windows 10 pour le moment » dans les Paramètres de mise à jour comme indiqué sur la capture d’écran ci-dessus.

Pourquoi y a-t-il deux mises à jour ? Parce que cela dépend de la version de Windows 10 installée sur votre PC. S’il s’agit de la version 21H1, vous récupérerez la build 19043.1263 et si c’est la version 21H2, vous pourrez télécharger la build 19044.1263. Avec cette mise à jour, Microsoft a indiqué corriger de nombreux bogues :
  • Nous avons corrigé un problème qui modifiait la langue actuelle de l'interface utilisateur de l'appareil. Cela se produit lors d'un scénario d'installation du module linguistique OOBE (Unattended out-of-box experience) sur un ordinateur de bureau.
  • Nous avons corrigé un problème qui entraînait une erreur d'heure système d'une heure après un changement d'heure d'été (DST).
  • Nous avons résolu un problème qui faisait disparaître l'application Gestionnaire de serveur après l'avoir utilisée pour supprimer les fonctionnalités Hyper-V sur Windows Server 2022.
  • Nous avons résolu un problème avec l'analyse des formats d'heure dans les journaux d'événements. Ce problème se produit lorsque vous excluez les millisecondes.
  • Nous avons corrigé un problème qui faisait que le service DnsCache augmentait l'utilisation du processeur à 100 %. Par conséquent, l'appareil cesse de répondre.
  • Nous avons fourni aux administrateurs la possibilité de réinitialiser le zoom par défaut pour les boîtes de dialogue HTML en mode Microsoft Edge Internet Explorer.
  • Nous avons résolu un problème qui interrompait les appels au minipilote Windows Image Acquisition (WIA) pour les périphériques Windows Portable Devices (WPD) auxquels vous accédez à l'aide de WIAMgr.
  • Nous avons corrigé un problème qui faisait que les applications, telles que Microsoft Outlook, cessait soudainement de répondre lors d'une utilisation normale. Cela se produit si l'application a créé et supprimé des éléments d'interface utilisateur sur un thread d'arrière-plan qui ne reçoit plus de messages.
  • Nous avons résolu un problème avec le complément Microsoft Outlook qui vous empêchait de fournir une entrée après avoir sélectionné Répondre .
  • Nous avons corrigé un problème qui ne parvenait pas à conserver l'état NumLock après un redémarrage rapide.
  • Nous avons résolu un problème de partage d'écran à l'aide de Microsoft Teams. Le contenu protégé, tel qu'un e-mail de gestion des droits numériques (DRM), apparaît en noir pour le présentateur, mais apparaît transparent pour tous les autres.
  • Nous avons corrigé un problème qui pouvait empêcher le dessin à l'écran à l'aide de Windows Context::UpdateRgnFromRects de fonctionner.
  • Nous avons corrigé un problème qui pouvait provoquer une distorsion dans l'audio que Cortana et d'autres assistants vocaux capturent.
  • Nous avons supprimé la limitation de 25 sélecteurs de trafic maximum dans le client et le serveur Windows Internet Key Exchange (IKE) natifs.
  • Nous avons corrigé un problème qui ne parvenait pas à afficher la boîte de dialogue PIN de la carte à puce lorsque vous êtes connecté à un réseau privé virtuel (VPN). Ce problème se produit après la mise à niveau vers Windows 10, version 2004.
  • Nous avons corrigé un problème qui provoquait une fuite de mémoire dans lsass.exe lorsque le tampon pTokenPrivileges n'était pas libéré.
  • Nous avons résolu un problème avec une fuite de pool non paginé (NPP) à partir de la balise de pool UxSF. Cette fuite se produit lorsque lsass.exe arrête de traiter les appels SSPI (Security Support Provider Interface) asynchrones.
  • Nous avons corrigé un problème qui empêchait le chargement du pilote xhunter1.sys . Par conséquent, certains jeux ne peuvent pas s'exécuter lorsque vous activez l'intégrité du code protégé par l'hyperviseur (HVCI).
  • Nous avons résolu un problème qui empêchait Windows de fonctionner si vous déployez une stratégie d'intégrité du code sans règles de mode utilisateur.
  • Nous avons amélioré les performances de MsSense.exe dans les environnements avec des applications UDP (User Datagram Protocol) qui nécessitent une bande passante élevée.
  • Nous avons corrigé une instabilité du mode éditeur de méthode d'entrée (IME) dans le scénario RemoteApp. Vous devez installer cette mise à jour sur le serveur Remote Desktop et le client Remote Desktop.
  • Nous avons corrigé un problème qui rendait floues les icônes d'actualités et d'intérêts lorsque vous utilisez certaines résolutions d'écran.
  • Nous avons corrigé une fuite de mémoire de pool paginée des clés de registre pour l'ID de bureau virtuel qui se produit dans explorer.exe .
  • Nous avons corrigé un problème qui empêchait LogonUI.exe de fonctionner car la manipulation directe ne démarre pas.
  • Nous avons corrigé un problème qui faisait que les actualités et les centres d' intérêt s'affichaient dans le menu contextuel même lorsque vous l'aviez désactivé sur un appareil.
  • Nous avons résolu un problème qui faisait échouer la configuration de la prise en charge de plusieurs bases de données d'artefacts dans les centres de données pour les artefacts SAML (Security Assertion Markup Language).
  • Nous avons corrigé un problème qui faisait échouer la fonction LsaLookupSids() . Cela se produit lorsqu'il existe des identificateurs de sécurité (SID) pour les utilisateurs qui n'existent plus dans un groupe contenant des utilisateurs de confiance inter-domaines.
  • Nous avons résolu un problème qui ne parvenait pas à appliquer le paramètre post_logout_redirect_uri= lorsque vous utilisez un fournisseur de revendications externes.
  • Nous avons corrigé un problème de blocage dans le redirecteur WebDav qui se produit lorsqu'il tente de lire un fichier à partir du TfsStore local. Par conséquent, le système cesse de répondre.
  • Nous avons corrigé un problème qui provoquait une erreur d'arrêt après un redémarrage.
  • Nous avons résolu un problème avec la redirection de la liste des sites en mode entreprise d'Internet Explorer 11 vers Microsoft Edge. Dans certaines circonstances, la redirection ouvre un site dans plusieurs onglets dans Microsoft Edge.
  • Nous avons supprimé un lien hypertexte qui pouvait empêcher l'application Input de fonctionner lorsque vous entrez pour la première fois du contenu pinyin flou.
  • Nous avons corrigé un problème d'activation pour l'application Input.
  • Nous avons corrigé un problème qui faisait que les applications perdaient le focus lorsque la barre des tâches n'était pas en bas de l'écran.
  • Nous avons corrigé un problème qui signale toujours la révision de version de mise à jour (UBR) comme zéro (0) sur un appareil lors de l'inscription au service de gestion des appareils mobiles (MDM).
  • Nous avons corrigé un problème avec PropertyGet dans JScript9.dll .
  • Nous avons mis en place une stratégie de groupe pour la clé de registre ci-dessous :
    • Clé : HKLM\Software\Policies\Microsoft\Windows NT\Printers\PointAndPrint
    • Valeur : RestrictDriverInstallationToAdministrators

Télécharger le fichier ISO Windows 11

Source : Microsoft
12  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 28/08/2021 à 14:24
Windows 11 : Microsoft met à jour la configuration matérielle minimale requise pour exécuter son OS,
mais permet également aux appareils qui ne répondent pas à ces exigences d'effectuer une mise à jour via un fichier ISO

Lorsque Microsoft a annoncé pour la première fois la configuration minimale requise pour son prochain système d'exploitation, plusieurs n'y ont pas beaucoup prêté attention. Mais lorsque la première préversion à l'intention du canal Bêta a été disponible, la donne a changé : c'était la première préversion de Windows 11 à exiger la configuration matérielle minimale.

Principalement en raison de sa prise en charge de TPM 2.0, Windows 11 ne fonctionnera pas sur beaucoup de systèmes, en particulier les plus anciens. Cela a provoqué de nombreux retours négatifs, amenant Microsoft à reconsidérer s'il avait ou non fait le bon choix, et l'entreprise a annoncé ses conclusions.

Si vous espériez qu'un PC qui échouait auparavant au test de conformité serait désormais soudainement éligible pour le nouveau système d'exploitation, nous avons de bonnes et de mauvaises nouvelles. La bonne nouvelle est qu'une petite poignée de processeurs Intel Core de 7e génération ont été ajoutés à la liste de support, et les systèmes qui utilisent ces puces prendront officiellement en charge la version finale de Windows 11 lors de sa sortie à l'automne. La mauvaise nouvelle est qu'ils sont les seuls processeurs à être ajoutés à la liste de support, et Microsoft « maintiendra la configuration système minimale définie à l'origine ».

Les processeurs Intel Core de 7e génération, nommés Kaby Lake, ont été lancés principalement à la fin de 2016 et jusqu'en 2017, bien que de nombreux ordinateurs qui les utilisent aient été disponibles à l'achat longtemps après. Les processeurs spécifiques de 7e génération qui ont été ajoutés à la liste de compatibilité sont*:
  • Processeurs de la série X basés sur les architectures Skylake-X et Kaby Lake, comme le Core i5-7640X et le Core i7-7800X
  • Processeurs Xeon série W
  • Le Core i7-7820HQ en particulier, avec la mise en garde que les systèmes avec ce processeur doivent utiliser des pilotes DCH

Si la décision de prendre en charge un processeur d'ordinateur portable Core i7 de 7e génération spécifique vous semble étrange, vous n'avez pas besoin de chercher bien loin une explication - il se trouve qu'il s'agit du processeur inclus dans le Surface Studio 2 de Microsoft, que Microsoft vend toujours mais qui n'a pas été mis à jour depuis trois ans. Le fait que Microsoft était sur le point d'arrêter de prendre en charge un PC qu'il vend actuellement et pour lequel il contrôle tout, du firmware aux pilotes, a valu à l'entreprise de s'attirer les foudres des utilisateurs et de la presse. L'ajout de la prise en charge est louable, mais c'est aussi le strict minimum : Windows 11 laissera toujours derrière lui des produits Surface aussi récents que le Surface Pro de 5e génération et le Surface Laptop de première génération de 2017 et les configurations les moins chères du Surface Book 2 de 2017 (les configurations haut de gamme utilisaient des processeurs de 8e génération, mais pas les modèles les moins chers).

« Depuis l'introduction de Windows 11, nous avons reçu de précieux commentaires de la communauté Windows Insider, de nos fans, clients et partenaires. Merci de faire partie de la sortie de Windows 11, à un moment où le PC joue un rôle plus central dans la façon dont nous nous connectons, travaillons, apprenons, créons et jouons.

« En juin, nous avons entendu vos questions sur la façon dont nous avons défini la configuration système minimale requise pour Windows 11 et avons partagé plus d'informations sur les principes établis qui nous ont guidés dans leur définition. Et en tant qu'équipe, nous nous sommes engagés à explorer, via les tests Windows Insider et avec les OEM, s'il existait des appareils fonctionnant sur des processeurs Intel 7e génération et AMD Zen 1 qui répondaient à nos principes.

« Suite aux résultats de nos tests, nous apportons un petit nombre d'ajouts à la liste des processeurs compatibles (expliqué plus loin ci-dessous), mais sinon, nous maintiendrons la configuration système minimale définie à l'origine. Nous avons conclu que les processeurs 64 bits compatibles sélectionnés, 4 Go de mémoire, 64 Go de stockage, le démarrage sécurisé UEFI, les exigences graphiques et le TPM 2.0 sont la configuration système minimale requise pour respecter les principes que nous avons établis pour vous aider au mieux.

« Nous avons identifié un ensemble de modèles de PC qui répondent aux principes tout en fonctionnant sur des processeurs Intel de 7e génération que nous n'avions pas inclus à l'origine dans notre configuration minimale requise. Sur la base de ces résultats, nous avons élargi la liste des processeurs 64 bits compatibles pour inclure les suivants*:
  • Intel® Core série X, Xeon® série W
  • Intel® Core 7820HQ (uniquement certains appareils livrés avec des pilotes modernes basés sur les principes de conception des applications de support matériel (DCH) déclaratives, en composants, y compris Surface Studio 2)

« Après avoir soigneusement analysé la première génération de processeurs AMD Zen en partenariat avec AMD, nous avons conclu ensemble qu'il n'y avait aucun ajout à la liste des processeurs pris en charge. Nous mettrons à jour l'application PC Health Check pour identifier les systèmes corrects avec les processeurs Intel nouvellement ajoutés dans les semaines à venir avant la sortie de l'outil pour une disponibilité générale. De plus, nous aurons plus à partager sur les outils et les rapports que les professionnels de l'informatique peuvent utiliser pour comprendre l'éligibilité du matériel de leur organisation à grande échelle à mesure que nous nous rapprochons de la disponibilité générale de Windows 11 plus tard cette année ».


Microsoft a également donné plus de détails sur la manière dont il est arrivé à sa liste d'exigences minimales*:
  • Fiabilité : les appareils qui ne répondent pas à la configuration minimale requise ont subi 52 % de plantages en mode noyau en plus. Les appareils qui répondent aux exigences minimales du système ont eu une expérience sans plantage de 99,8 %.
  • Sécurité : Windows 11 élève le niveau de base de la sécurité Windows en améliorant la configuration de sécurité par défaut pour lutter contre l'augmentation des cyberattaques. Ces exigences s'appuient sur la base de milliers de milliards de signaux provenant des renseignements sur les menaces de Microsoft ainsi que des contributions d'experts en sécurité de premier plan tels que la NSA, le UK National Cyber ​​Security Center et le Canadian Center for Cyber ​​Security.
  • Compatibilité : les gens continuent d'utiliser de plus en plus leurs PC pour la vidéoconférence, la productivité et les jeux. Pour garantir que tous les appareils Windows 11 peuvent exécuter un ensemble d'applications de base pour répondre à ces besoins, nous définissons la configuration système minimale requise pour s'aligner sur certaines des applications les plus couramment utilisées.

Vous pourrez exécuter Windows 11 sur des PC plus anciens, si vous installez la mise à jour manuellement

Microsoft a également souligné qu'il ne vous empêchera pas d'effectuer des installations manuelles de Windows 11 sur des systèmes qui ne répondent pas aux exigences officielles. Cela signifie que les personnes exécutant Windows 10 sur des systèmes non pris en charge ne se verront pas proposer Windows 11 via Windows Update, mais elles pourront toujours effectuer la mise à jour via un fichier ISO et une mise à niveau ou une nouvelle installation manuelle.

Ce sera une aubaine particulière pour les PC juste à la limite des exigences système de Windows 11, comme ceux exécutant des processeurs Intel Core de 6e ou 7e génération ou des processeurs AMD Ryzen de première génération. Ces puces ne prennent pas en charge quelques exigences de sécurité facultatives ésotériques, mais peuvent sinon répondre aux exigences de performances et de démarrage sécurisé et TPM 2.0 tout en bénéficiant de la prise en charge des pilotes DCH modernes d'Intel, d'AMD et de la plupart des fabricants de PC.

Microsoft vous recommande toujours activement de ne pas exécuter Windows 11 sur un système qui ne répond pas aux critères de prise en charge officiels. Selon les données des PC exécutant les versions Insider Preview, Microsoft affirme que les PC qui ne répondaient pas aux exigences avaient «*52*% plus de plantages en mode noyau*» que les PC qui le faisaient et que les applications propriétaires se plantaient 43*% plus souvent sur du matériel non pris en charge. Mais permettre aux utilisateurs de prendre la décision par eux-mêmes est sans doute ce que l'entreprise aurait dû faire en premier lieu : les personnes qui ne recherchent pas la mise à jour de Windows 11 ne la recevront jamais si leur matériel n'est pas à la hauteur, mais les utilisateurs avancés, les testeurs et les services informatiques qui souhaitent exécuter les derniers logiciels sur leurs ordinateurs peuvent évaluer les compromis et prendre eux-mêmes la décision.

Source : Microsoft

Et vous ?

Que pensez-vous de la décision de Microsoft de permettre à ceux qui ne répondent pas aux exigences minimales d'effectuer la mise à jour ?
11  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 20/09/2021 à 9:20
Windows 11 : Microsoft requiert même TPM 2.0 pour les machines virtuelles tournant sur son OS
et n'est donc plus compatible avec les machines virtuelles Oracle VirtualBox

Si vous espériez contourner l'exigence TPM 2.0 de Windows 11 en exécutant le système d'exploitation dans une machine virtuelle, vous n'avez pas de chance. Les personnes qui tentent de mettre à jour vers Windows 11 Insider Preview Build 22000.194 dans une machine virtuelle auront remarqué un message les avertissant que « ce PC ne répond pas actuellement à la configuration système requise pour Windows 11 ». Plus précisément, le message explique que « le PC doit prendre en charge le TPM 2.0 ». Mais, comme cela a été le cas à plus d'une occasion avec la configuration système requise pour Windows 11, la confusion abonde à cause de la communication de Microsoft sur le sujet.

Microsoft a annoncé que Windows 11 nécessitera des puces TPM (Trusted Platform Module) sur les appareils existants et nouveaux. Les puces TPM fonctionnent en offrant une protection au niveau du matériel au lieu du logiciel uniquement. Elles peuvent être utilisées pour chiffrer des disques à l'aide de fonctionnalités Windows telles que bitLocker, ou pour empêcher les attaques par dictionnaire de mots de passe. Les puces TPM 1.2 existent depuis 2011, mais elles n'ont généralement été largement utilisées que dans les ordinateurs portables et de bureau professionnels gérés par l'informatique. Microsoft veut apporter le même niveau de protection à tous ceux qui utilisent Windows.

Bien que cette puce soit un composant électronique passif (qui ne peut pas donner d'ordre à l'ordinateur tel que bloquer le système, ou surveiller l'exécution d'une application), elle permet de facilement stocker des secrets (tels que des clés de chiffrement), de manière sécurisée. Aussi, elle va profiter aux utilisateurs en leur offrant une meilleure protection de leurs informations sensibles sur PC par exemple.

Le TPM 2.0 pourrait également permettre de renforcer la sécurité de la fonctionnalité d’authentification biométrique Windows Hello via laquelle les utilisateurs peuvent se connecter sur leur PC après s’être fait identifier par leurs empreintes digitales, leur visage ou un scan rétinien. Dans ce cas de figure, le TPM 2.0 pourra générer et sauvegarder les clés d’authentification dans une zone sécurisée.

Les machines virtuelles n'y échappent pas

Windows 11 n'est plus compatible avec la plateforme de virtualisation Oracle VirtualBox immensément populaire après que Microsoft a modifié ses politiques de configuration matérielle requises pour les machines virtuelles.

Lorsque Microsoft a annoncé pour la première fois Windows 11, ils ont déclaré que les ordinateurs avaient besoin de nouvelles configurations système pour installer le système d'exploitation, y compris un processeur de sécurité TPM 2.0 et Secure Boot.

Même si de nombreuses personnes étaient en colère contre ces nouvelles exigences matérielles, Microsoft n'a pas hésité car ces composants sont utilisés pour alimenter de nombreuses fonctionnalités de sécurité dans Windows 11.

Cependant, comme l'entreprise et les développeurs de logiciels utilisent couramment des machines virtuelles pour tester de nouveaux systèmes d'exploitation, Microsoft a déclaré que Windows 11 ne vérifierait pas le matériel compatible lors de l'installation ou de la mise à niveau.

« Microsoft reconnaît que l'expérience utilisateur lors de l'exécution de Windows 11 dans des environnements virtualisés peut différer de l'expérience lors d'une exécution non virtualisée. Ainsi, alors que Microsoft recommande que toutes les instances virtualisées de Windows 11 suivent les mêmes exigences matérielles minimales que celles décrites dans la section 1.2. , Windows 11 n'applique pas le contrôle de conformité matérielle pour les instances virtualisées lors de l'installation ou de la mise à niveau », explique Microsoft dans son document sur les exigences matérielles minimales de Windows 11.

La semaine dernière, Microsoft a soudainement fait volte-face sans avertissement suffisant et applique désormais la configuration système requise de Windows 11 sur les machines virtuelles (VM) :

« Cette version comprend un changement qui aligne l'application de la configuration système requise de Windows 11 sur les machines virtuelles (VM) pour qu'elle soit la même que pour les PC physiques. Les machines virtuelles créées précédemment exécutant les versions Insider Preview peuvent ne pas se mettre à jour vers les dernières versions préliminaires.

« Dans Hyper-V, les machines virtuelles doivent être créées en tant que machine virtuelle de génération 2. L'exécution de Windows 11 dans des machines virtuelles dans d'autres produits de virtualisation de fournisseurs tels que VMware et Oracle continuera de fonctionner tant que les exigences matérielles sont satisfaites ».

Désormais, lorsque les Windows Insiders tentent de mettre à jour leurs versions de Windows 11 s'exécutant sur des machines virtuelles qui ne prennent pas en charge TPM ou qui utilisent un petit disque système, ils verront un message indiquant*: «*Ce PC ne répond pas actuellement aux exigences du système Windows 11*».

Pour les utilisateurs de VMWare Workstation, Hyper-V, Parallels et QEMU, ce n'est pas un problème car ils prennent en charge l'intercommunication TPM et le Secure Boot.


Cependant, Oracle VirtualBox ne prend actuellement pas en charge ces fonctionnalités, ce qui fait que le nouveau changement de politique de Microsoft fait en sorte que vous ne pouvez pas utiliser Windows 11 sur VirtualBox.

Cependant, Brandon LeBlanc de Microsoft a précisé que « les versions de prévisualisation Dev et Beta Channel de Windows 11 s'exécuteront sur des machines virtuelles utilisant une variété de produits de virtualisation si les exigences matérielles sont remplies. Je ne peux pas parler de détails sur ce que les autres produits de virtualisation prennent en charge ».


Les développeurs de VirtualBox travaillent sur un correctif

Les développeurs d'Oracle VirtualBox travaillent sur un pilote passthrough (dans le traitement du signal, un passthrough est une porte logique qui permet à un signal de «traverser» sans modification, parfois avec peu de modification) qui permettra au TPM d'un hôte de passer à l'invité Windows 11.

Une fois cette opération terminée, un appareil Windows 11 verra le TPM d'un hôte et devrait permettre aux mises à niveau et aux installations de Windows 11 de se poursuivre.

Contrairement à VMware, qui crée un TPM virtuel, le nouveau pilote de VirtualBox nécessitera qu'un hôte dispose d'un processeur TPM 2.0 pour que cette fonctionnalité marche.

Cependant, comme le pilote en est encore à ses débuts, il n'est pas clair s'il sera disponible lors de la sortie officielle de Windows 11 le 5 octobre.

VirtualBox étant une plateforme de virtualisation très populaire en raison de sa gratuité et de sa facilité d'utilisation, ce manque de support affectera de nombreuses personnes qui souhaitent continuer à tester ou s'informer sur le système d'exploitation.

Sources : Microsoft, VirtualBox

Et vous ?

Quelle lecture en faites-vous ?

Voir aussi :

Microsoft prévoit de construire 50 à 100 nouveaux centres de données chaque année et propose une expérience immersive pour montrer comment fonctionne un centre de données Microsoft « typique »
Windows 11 Home nécessitera un compte Microsoft, la version 11 Pro est libérée de cette contrainte, et pourra utiliser un compte local au début du processus d'installation
Microsoft annonce la disponibilité de .NET 6 Preview 4 qui apporte l'expérience Hot Reload à Visual Studio et aux outils de ligne de commande
11  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 31/08/2021 à 23:35
Windows 11 : Microsoft annonce un déploiement progressif de son système d'exploitation à partir du 5 octobre,
il n'inclura pas la prise en charge des applications Android au lancement

Windows 11 a été officiellement annoncé le 24 juin et des indices ont filtré quant à la date de disponibilité générale du système d'exploitation, laissant penser à une sortie pour octobre 2021.

Par exemple, dans les notes de version du pilote DCH GPU 30.0.100.9684, Intel a clairement fait référence à Windows 11 comme « Mise à jour d'octobre 2021 – version 21H2 ». Comme vous le savez probablement, les versions de Windows sont étiquetées « AAMM », où AA représente l'année au format à deux chiffres et MM représente le mois de la version attendue.


Puis ce fut au tour d'une division Windows Hardware Compatibility Program. Les « soumissions de pilotes matériels » sont un document de référence que Microsoft utilise pour donner aux OEM une date limite pour les soumissions de pilotes afin qu'ils ne retardent pas le lancement de mises à jour de pilotes importantes qui pourraient provoquer une instabilité après la publication d'une grande mise à jour Windows. Selon le document, les OEM sont désormais tenus de soumettre leurs pilotes finaux pour Windows 11 version 21H2 d'ici la fin septembre, afin que l'entreprise ait suffisamment de temps pour les inclure dans Windows Update pour Windows 11.

Plus précisément, Microsoft a annoncé une date limite pour les OEM pour soumettre des pilotes du 24 septembre 2021, en déclarant :

« Les systèmes basés sur Windows 11, version 21H2 peuvent être livrés avec des pilotes qui ont atteint la compatibilité avec Windows 10, version 2004 jusqu’au 24 septembre 2021.

« Les partenaires cherchant à assurer la compatibilité des systèmes livrés avec Windows 11, version 21H2 Release peuvent installer en usine des pilotes pour les composants ayant atteint la compatibilité avec Windows 10, version 2004 jusqu’au 24 septembre 2021.

« L’errata 81316 est disponible pour filtrer l’échec "Vérification du logo système" observé lors du test de systèmes basés sur Windows 11, version 21H2 avec des pilotes qualifiés Windows 10, version 2004. Pour postuler, téléchargez le dernier package de filtre d’errata ».

Cette fois-ci, Microsoft a officiellement annoncé que le déploiement va se faire à compter du 5 octobre :

« Afin d’offrir une expérience optimale aux utilisateurs, la mise à jour gratuite de Windows 11 s’effectuera progressivement à partir du 5 octobre avec pour objectif que l’ensemble des PC éligibles disposent de la mise à jour gratuite d’ici à la mi-2022. Les appareils éligibles les plus récents seront les premiers à en bénéficier, suivis des appareils d’ores et déjà commercialisés en fonction de leurs capacités matérielles, de leur ancienneté et d’autres facteurs ayant une incidence sur la mise à jour. Avec nos partenaires Acer, Asus, Dell, HP, Lenovo, Samsung et nos appareils Surface, nous avons fait en sorte que la majorité des PC disponibles sur le marché soient prêts pour Windows 11 et ce, pour une large gamme d’appareils et de prix.

« Si vous disposez d’un PC Windows 10 éligible, Windows Update vous informera de sa disponibilité. Vous pouvez également vérifier si Windows 11 est prêt pour votre appareil en allant dans Paramètres > Windows Update et en sélectionnant "Vérifier les mises à jour" ».

L'entreprise en a profité pour donner 11 raisons qui, selon elle, pourrait inciter à passer à la nouvelle version :
  1. Un nouvelle identité sonore et nouveau design épuré pour un usage simple et fluide de son appareil, en toute tranquillité, sur PC comme sur tablette.
  2. Un bouton « Démarrer » centré pour accéder rapidement à tout ce dont vous avez besoin, en un clic. Grâce à la puissance du Cloud et de Microsoft 365, les documents récents seront affichés quels que soient la plateforme ou l’appareil.
  3. De nouvelles fonctions « Ancrage de Disposition », « Ancrage de Groupes » et « Bureaux »pour vous aider à travailler en multitâches tout en optimisant l’espace disponible à l’écran.
  4. Microsoft Teams est directement intégré à la barre des tâches pour vous connecter plus rapidement à vos proches et à vos collègues.
  5. Les Widgets vous rapprochent de l’actualité et de l’information qui comptent pour vous.
  6. Windows 11 permet la meilleure expérience gaming jamais proposée sur PC en intégrant les dernières technologies disponibles comme DirectX 12 Ultimate, le DirectStorageou encore l’Auto HDR. Avec le Xbox Game Pass pour PC et le Xbox Game Pass Ultimate, vous avez également accès facilement à plus de 100 jeux PC à un prix attractif.
  7. Un Microsoft Store repensé pour visionner des contenus, créer, jouer, travailler et apprendre plus rapidement et en toute sécurité. Microsoft Store bénéficie d'un tout nouveau design facilitant la recherche et la découverte de vos applications, jeux, émissions et films préférés dans un emplacement de confiance. Nous sommes impatients de poursuivre notre voyage pour apporter des applications Android à Windows 11 et au Microsoft Store grâce à notre collaboration avec Amazon et Intel ; cela commencera par une préversion pour Windows Insiders au cours des prochains mois.
  8. Un Windows plus inclusif que jamais avec des améliorations qui ont été conçues pour et par des personnes en situation de handicap.
  9. Un Windows créateur d’opportunités pour les développeurs et les éditeurs de logiciels indépendants en leur permettant d’intégrer leurs applications au Windows Store. Nous ouvrons le Store pour permettre à davantage de développeurs et de fournisseurs de logiciels indépendants (ISV) d'apporter leurs applications au Store, en améliorant le développement d'applications natives et Web avec de nouveaux outils de développement, et en vous permettant de rafraîchir plus facilement l'apparence de tous nos conceptions et expériences d'applications.
  10. Des expériences de frappe et d’écriture optimisées pour plus d’efficacité et de fluidité avec le tactile, le stylet et la saisie vocale.
  11. Une nouvelle version conçue pour le travail hybride tout en protégeant vos données et ce, sur tous les appareils. Windows 11 est le système d'exploitation pour le travail hybride, offrant de nouvelles expériences qui fonctionnent comme vous travaillez, sont sécurisées par conception et faciles et familières à déployer et à gérer pour le service informatique. Les entreprises peuvent également tester Windows 11 en avant-première dès aujourd'hui dans Azure Virtual Desktop, ou en disponibilité générale en expérimentant Windows 11 dans le nouveau Windows 365.

Microsoft ne fournira pas de support pour les applications Android sur Windows 11 à temps pour le lancement du système d'exploitation le 5 octobre. Alors que les applications Android fonctionnant sur Windows 11 sont l'une des grandes nouvelles fonctionnalités du système d'exploitation, Microsoft ne commencera à offrir une préversion de cette fonctionnalité que dans les mois à venir.

« Nous sommes impatients de poursuivre notre voyage pour apporter des applications Android à Windows 11 et au Microsoft Store grâce à notre collaboration avec Amazon et Intel ; cela commencera par un aperçu pour Windows Insiders au cours des prochains mois », déclare Aaron Woodman, directeur général du marketing Windows chez Microsoft.

Cela signifie probablement que les applications Android n'arriveront pas sur Windows 11 avant 2022, car Microsoft teste d'abord la fonctionnalité avec Windows Insiders avant de la déployer généralement des mois plus tard. Bien que les applications Android ne soient pas là le premier jour, Windows 11 inclura toujours l'intégration promise de Microsoft Teams, un nouveau design avec un menu Démarrer mis à jour, des groupes, des bureaux pour un multitâche amélioré et une application Microsoft Store grandement améliorée.

De plus, Microsoft a fait une mise à jour de l’application PC Health Check pour vérifier la compatibilité de votre PC avec Windows 11 :

« Nous avons également fait évoluer l’outil PC Health Check – Contrôle d’intégrité du PC Windows – permettant de vérifier l’éligibilité d’un PC à Windows 11. La liste des processeurs 64 bits compatibles a été élargie aux processeurs Intel Core X et Xeon W, ainsi que certains appareils équipés de l’Intel Core 7820HQ. Son interface simplifiée fournit des informations matérielles comme la RAM, le type de stockage, le nombre d’années d’utilisation ou encore la date de la dernière vérification de mise à jour de Windows.

« Si votre PC n’est pas compatible, PC Health Check vous indiquera les éléments qui doivent être changés ou modifiés pour profiter de Windows 11 ».

Source : blog Windows
9  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 13/09/2021 à 2:40
Windows 11 : Microsoft explique comment activer TPM 2.0 pour son système d'exploitation
et amorce la campagne publicitaire de Windows 11 en vidéo

Microsoft a annoncé que Windows 11 nécessitera des puces TPM (Trusted Platform Module) sur les appareils existants et nouveaux. Les puces TPM fonctionnent en offrant une protection au niveau du matériel au lieu du logiciel uniquement. Elles peuvent être utilisées pour chiffrer des disques à l'aide de fonctionnalités Windows telles que bitLocker, ou pour empêcher les attaques par dictionnaire de mots de passe. Les puces TPM 1.2 existent depuis 2011, mais elles n'ont généralement été largement utilisées que dans les ordinateurs portables et de bureau professionnels gérés par l'informatique. Microsoft veut apporter le même niveau de protection à tous ceux qui utilisent Windows.

Bien que cette puce soit un composant électronique passif (qui ne peut pas donner d'ordre à l'ordinateur tel que bloquer le système, ou surveiller l'exécution d'une application), elle permet de facilement stocker des secrets (tels que des clés de chiffrement), de manière sécurisée. Aussi, elle va profiter aux utilisateurs en leur offrant une meilleure protection de leurs informations sensibles sur PC par exemple.

Le TPM 2.0 pourrait également permettre de renforcer la sécurité de la fonctionnalité d’authentification biométrique Windows Hello via laquelle les utilisateurs peuvent se connecter sur leur PC après s’être fait identifier par leurs empreintes digitales, leur visage ou un scan rétinien. Dans ce cas de figure, le TPM 2.0 pourra générer et sauvegarder les clés d’authentification dans une zone sécurisée.

Pour vérifier de quoi dispose une machine, on peut se rendre dans le gestionnaire de périphériques (commande "Devmgmt.msc" dans exécuter), catégorie « Périphériques de sécurité ». Et, pour obtenir davantage de détails, ouvrir l’outil « Gestion du module de plateforme sécurisée sur l’ordinateur local ».

À quelques semaines du lancement de Windows 11, Microsoft a décidé qu'il était temps d'être un peu plus utile. Dans un document de support, l'entreprise explique dans un langage accessible ce qu'est le TPM 2.0. Mais plus important encore, le document révèle également comment vérifier si votre ordinateur dispose du TPM 2.0 et comment l'activer.

« Cet article est destiné aux utilisateurs qui ne peuvent pas effectuer la mise à niveau vers Windows 11 car leur PC n'est pas actuellement activé avec TPM 2.0 ou leur PC est capable d'exécuter TPM 2.0 mais n'est pas configuré pour le faire. Si vous n'êtes pas familier avec ce niveau de détail technique, nous vous recommandons de consulter les informations d'assistance du fabricant de votre PC pour plus d'instructions spécifiques à votre appareil.

« La plupart des PC livrés au cours des 5 dernières années sont capables d'exécuter Trusted Platform Module version 2.0 (TPM 2.0). TPM 2.0 est requis pour exécuter Windows 11, en tant que bloc de construction important pour les fonctionnalités liées à la sécurité. TPM 2.0 est utilisé dans Windows 11 pour un certain nombre de fonctionnalités, notamment Windows Hello pour la protection des identités et BitLocker pour la protection des données.

« Dans certains cas, les PC capables d'exécuter TPM 2.0 ne sont pas configurés pour le faire. Si vous envisagez de passer à Windows 11, assurez-vous que TPM 2.0 est activé sur votre appareil. La plupart des cartes mères PC utilisées par les personnes construisant leur propre PC, par exemple, sont livrées avec le TPM désactivé par défaut, même s'il est presque toujours disponible pour être activé.

Option 1 : utiliser l'application Windows Security
  1. Exécuter Paramètres > Mise à jour et sécurité > Sécurité Windows > Sécurité de l'appareil
    1. Si vous ne voyez pas de section Processeur de sécurité sur cet écran, votre PC peut avoir un TPM qui est désactivé. Rendez-vous à la section Comment activer TPM pour plus d'informations ou consultez les informations d'assistance du fabricant de votre PC pour obtenir des instructions pour activer le module de plateforme sécurisée. Si vous parvenez à activer un TPM, passez à l'étape suivante pour vérifier qu'il s'agit d'un TPM 2.0.
    2. Si vous voyez une option pour voir les détails du processeur de sécurité sous Processeur de sécurité, sélectionnez-la et vérifiez que votre version de spécification est 2.0. Si elle est inférieure à 2.0, votre appareil ne répond pas aux exigences de Windows 11.

Option 2 : utiliser la console de gestion Microsoft
  1. Appuyez sur [Touche Windows] + R ou sélectionnez Démarrer > Exécuter.
  2. Tapez « tpm.msc » (n'utilisez pas de guillemets) et choisissez OK.
    1. Si vous voyez un message indiquant qu'un TPM compatible est introuvable, votre PC peut avoir un TPM désactivé. Voir Comment activer le TPM pour plus d'informations ou consultez les informations d'assistance du fabricant de votre PC pour obtenir des instructions pour activer le TPM. Si vous parvenez à activer le TPM, passez à l'étape suivante pour vérifier qu'il s'agit d'un TPM 2.0.
    2. Si vous voyez un message confirmant que le TPM est prêt à être utilisé, vérifiez la version de spécification sous Informations sur le fabricant du TPM pour vérifier qu'il s'agit bien de 2.0. Si elle est inférieure à 2.0, votre appareil ne répond pas aux exigences de Windows 11.

Comment activer le module de plateforme sécurisée

Si vous devez activer le TPM, ces paramètres sont gérés via le BIOS UEFI (micrologiciel PC) et varient en fonction de votre appareil. Vous pouvez accéder à ces paramètres en choisissant : Paramètres > Mise à jour et sécurité > Récupération > Redémarrer maintenant.


Dans l'écran suivant, choisissez Dépannage > Options avancées > Paramètres du micrologiciel UEFI > Redémarrer pour apporter les modifications. Ces paramètres sont parfois contenus dans un sous-menu du BIOS UEFI intitulé Advanced, Security ou Trusted Computing.


L'option permettant d'activer le TPM peut être intitulée Security Device, Security Device Support, TPM State, AMD fTPM switch, AMD PSP fTPM, Intel PTT ou Intel Platform Trust Technology.


Dans un tweet publié à partir du compte de support Microsoft, la société renvoie au guide TPM utile. Mais le tweet sert également de guide pratique pour activer TM 2.0, en le décomposant en trois étapes simples.

Microsoft lance une campagne publicitaire Windows 11 en vidéo

Windows 11 a été officiellement annoncé le 24 juin. Fin août, Microsoft a annoncé un déploiement progressif de son système d'exploitation à partir du 5 octobre.

« Afin d’offrir une expérience optimale aux utilisateurs, la mise à jour gratuite de Windows 11 s’effectuera progressivement à partir du 5 octobre avec pour objectif que l’ensemble des PC éligibles disposent de la mise à jour gratuite d’ici à la mi-2022. Les appareils éligibles les plus récents seront les premiers à en bénéficier, suivis des appareils d’ores et déjà commercialisés en fonction de leurs capacités matérielles, de leur ancienneté et d’autres facteurs ayant une incidence sur la mise à jour. Avec nos partenaires Acer, Asus, Dell, HP, Lenovo, Samsung et nos appareils Surface, nous avons fait en sorte que la majorité des PC disponibles sur le marché soient prêts pour Windows 11 et ce, pour une large gamme d’appareils et de prix.

« Si vous disposez d’un PC Windows 10 éligible, Windows Update vous informera de sa disponibilité. Vous pouvez également vérifier si Windows 11 est prêt pour votre appareil en allant dans Paramètres > Windows Update et en sélectionnant "Vérifier les mises à jour" ».

L'entreprise en a profité pour donner 11 raisons qui, selon elle, pourrait inciter à passer à la nouvelle version :
  1. Un nouvelle identité sonore et nouveau design épuré pour un usage simple et fluide de son appareil, en toute tranquillité, sur PC comme sur tablette.
  2. Un bouton « Démarrer » centré pour accéder rapidement à tout ce dont vous avez besoin, en un clic. Grâce à la puissance du Cloud et de Microsoft 365, les documents récents seront affichés quels que soient la plateforme ou l’appareil.
  3. De nouvelles fonctions « Ancrage de Disposition », « Ancrage de Groupes » et « Bureaux »pour vous aider à travailler en multitâches tout en optimisant l’espace disponible à l’écran.
  4. Microsoft Teams est directement intégré à la barre des tâches pour vous connecter plus rapidement à vos proches et à vos collègues.
  5. Les Widgets vous rapprochent de l’actualité et de l’information qui comptent pour vous.
  6. Windows 11 permet la meilleure expérience gaming jamais proposée sur PC en intégrant les dernières technologies disponibles comme DirectX 12 Ultimate, le DirectStorageou encore l’Auto HDR. Avec le Xbox Game Pass pour PC et le Xbox Game Pass Ultimate, vous avez également accès facilement à plus de 100 jeux PC à un prix attractif.
  7. Un Microsoft Store repensé pour visionner des contenus, créer, jouer, travailler et apprendre plus rapidement et en toute sécurité. Microsoft Store bénéficie d'un tout nouveau design facilitant la recherche et la découverte de vos applications, jeux, émissions et films préférés dans un emplacement de confiance. Nous sommes impatients de poursuivre notre voyage pour apporter des applications Android à Windows 11 et au Microsoft Store grâce à notre collaboration avec Amazon et Intel ; cela commencera par une préversion pour Windows Insiders au cours des prochains mois.
  8. Un Windows plus inclusif que jamais avec des améliorations qui ont été conçues pour et par des personnes en situation de handicap.
  9. Un Windows créateur d’opportunités pour les développeurs et les éditeurs de logiciels indépendants en leur permettant d’intégrer leurs applications au Windows Store. Nous ouvrons le Store pour permettre à davantage de développeurs et de fournisseurs de logiciels indépendants (ISV) d'apporter leurs applications au Store, en améliorant le développement d'applications natives et Web avec de nouveaux outils de développement, et en vous permettant de rafraîchir plus facilement l'apparence de tous nos conceptions et expériences d'applications.
  10. Des expériences de frappe et d’écriture optimisées pour plus d’efficacité et de fluidité avec le tactile, le stylet et la saisie vocale.
  11. Une nouvelle version conçue pour le travail hybride tout en protégeant vos données et ce, sur tous les appareils. Windows 11 est le système d'exploitation pour le travail hybride, offrant de nouvelles expériences qui fonctionnent comme vous travaillez, sont sécurisées par conception et faciles et familières à déployer et à gérer pour le service informatique. Les entreprises peuvent également tester Windows 11 en avant-première dès aujourd'hui dans Azure Virtual Desktop, ou en disponibilité générale en expérimentant Windows 11 dans le nouveau Windows 365.

Microsoft ne fournira pas de support pour les applications Android sur Windows 11 à temps pour le lancement du système d'exploitation le 5 octobre. Alors que les applications Android fonctionnant sur Windows 11 sont l'une des grandes nouvelles fonctionnalités du système d'exploitation, Microsoft ne commencera à offrir une préversion de cette fonctionnalité que dans les mois à venir.

Cette fois-ci, Microsoft a lancé une nouvelle campagne publicitaire pour promouvoir le système d'exploitation.

La publicité est une vidéo de 60 secondes qui montre comment Windows 11 « vous rapproche de ce que vous aimez ». Mettant en vedette le Master Chief de Halo et la musique d'Odessa et Tim Myers, la publicité offre un aperçu de ce qui va venir de l'expérience immersive offerte par Windows 11.


Dans un billet de blog, Microsoft indique que l'annonce « suit son héroïne alors qu'elle explore le nouveau Windows visuellement époustouflant, passe devant des applications dans le nouveau Microsoft Store, joue à des jeux avec le Master Chief de Xbox, réalise des widgets Windows 11 émergeant d'un magnifique nuage et discute avec un ami qui a pensé que l'autre côté du monde semble assez proche pour être touché, tous représentant les expériences transparentes que Windows 11 rend possibles ».

L'annonce fait partie d'une campagne visant à sensibiliser et à susciter l'enthousiasme autour de Windows 11, et c'est quelque chose que nous pouvons nous attendre à voir beaucoup plus au cours des prochaines semaines.

Elle met en évidence de nombreux éléments associés à la dernière version du système d'exploitation, notamment Xbox Game Pass, les widgets, Microsoft Teams, etc.

Source : Microsoft (annonce publicitaire, support Microsoft TPM 2.0, tweet support Microsoft)

Et vous ?

Que pensez-vous de l'idée d'indiquer au public comment vérifier si son ordinateur dispose de TPM 2.0 et surtout comment l'activer ?
Quel est votre avis sur la vidéo promotionnelle de Windows 11 ?
10  1 
Avatar de SATS_FR
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 13/09/2021 à 14:33
D'abord, sur les 11 améliorations, pas une seule ne me concerne (ça commence mal).
Ce que j'aurais voulu :
Une amélioration de la sauvegarde (héritée de W7 et jamais modifiée). Il semble qu'elle ait carrément disparu !
Un explorateur revu et amélioré.
Une amélioration de la stabilité, aussi bien avec les drivers matériels qu'au cours de mises à jour.

Microsoft a utilisé les deux mois depuis la présentation pour venter les fenêtres à bord arrondis, le changement d'aspect de la calculatrice, de paint et autres accessoires.
Il a fallu attendre la semaine dernière pour apprendre que W11 serait plus rapide que W10 (ce qui restera à vérifier) mais qui montre qu'exclure des millions de PC à cette nouvelle version juste pour du cosmétique risquait de mal passer.

La pub, c'est du psychédélique, un fantasme de publicitaire. C'est du même niveau que les pub de bagnoles qui volent. Je suis totalement hermétique à ce genre de cliché.

En clair, je ne suis pas pressé de sauter le pas.
9  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 09/09/2021 à 1:53
Windows 11 : après Start11, l'utilitaire StartIsBack vous permet également d'apporter un menu Démarrer classique à l'OS,
avec des touches de Windows 7 ou Windows 10

Mi-juillet, Microsoft a supprimé un hack de registre dans la Preview de Windows qui permettait aux utilisateurs de Windows 11 de revenir au menu Démarrer « Classique » de Windows 10. Lorsque la Preview Windows 11 a été publiée en juin, l'un des changements les plus importants et les plus controversés était un nouveau menu Démarrer flottant centré au milieu de la barre des tâches.

Ce nouveau menu Démarrer a été repris de Windows 10X et comprend une interface repensée avec la suppression des groupes d'applications et des Live Tiles. Pour mémoire, Windows 10X, la variante modulaire de Windows 10 dont l'objectif était de le rendre plus adaptable à d'autres formats de machine, ne sera plus livré. Destinée initialement aux machines à deux écrans, cette variante était pleine de promesses. L'éditeur a par exemple indiqué que Windows 10X supporte tous les logiciels Windows 10. Windows 10X prend notamment en charge l'exécution d'applications Win32 dans un conteneur et avec des adaptations de l'interface de Windows 10. Tout est fait pour assurer une continuité entre les deux écrans et pour les applications.

Plutôt que de cibler un sous-ensemble d'utilisateurs, à savoir les possesseurs de ces nouveaux appareils à double écran, Microsoft a opté pour l'intégration des fonctionnalités de Windows 10X dans Windows 10, les proposant ainsi à l'ensemble des utilisateurs Windows 10 : « Au lieu de commercialiser un produit appelé Windows 10X en 2021 comme nous l'avions initialement prévu, nous tirons parti des enseignements de notre parcours jusqu'à présent et accélérons l'intégration de la technologie fondamentale 10X clé dans d'autres parties de Windows et des produits de l'entreprise. En fait, une partie de cela se reflète déjà dans le cœur de Windows dans les Preview Windows Insider, par exemple la nouvelle technologie de conteneur d'applications que nous intégrons dans des produits tels que Microsoft Defender Application Guard, une expérience de saisie vocale améliorée et un clavier tactile modernisé, avec un dimensionnement des touches, des sons, des couleurs et des animations optimisés. Nos équipes continuent d'investir dans les domaines où la technologie 10X aidera à répondre aux besoins de nos clients et à évaluer les expériences technologiques à la fois logicielles et matérielles qui seront utiles à nos clients à l'avenir ».

StartIsBack ramène un menu Démarrer classique à Windows 11

Avec Windows 11 à l'horizon, les développeurs commencent à proposer des outils pour remplacer le nouveau menu Démarrer. StartIsBack, un remplacement populaire du menu Démarrer dans les versions précédentes de Windows, a annoncé la disponibilité d'une nouvelle Preview destinée à Windows 11. Elle a été publiée peu de temps après que Stardock a introduit son propre outil, Start11, avec un objectif similaire.

La Preview initiale de StartIsBack pour Windows 11 est gratuite et comprend déjà une poignée de fonctionnalités majeures. Celles-ci incluent la conception classique de la barre des tâches, avec des options pour la faire ressembler à Windows 10 ou Windows 7. Cela ramène également la disposition de la barre d'état système des versions précédentes de Windows, par rapport à la conception plus rationalisée de Windows 11. Il y a aussi quelques ajustements pour Explorateur de fichiers, vous permettant de remplacer la nouvelle interface Windows 11 par le ruban Windows 10 ou le menu de style Windows 7.

Bien sûr, l'accent est mis sur le menu Démarrer lui-même. Avec StartIsBack, vous obtenez un menu Démarrer classique qui fonctionne de la même manière que dans Windows 7. Cependant, vous obtenez une poignée d'options de personnalisation pour son apparence. Vous pouvez lui donner des coins arrondis comme Windows 11, des coins pointus comme Windows 10, ou utiliser une conception complète de style Windows 7. Vous pouvez également personnaliser la couleur du menu Démarrer indépendamment du thème de votre système, entre autres.

En fait, en quelques étapes, StartIsBack vous permet de personnaliser non seulement le menu Démarrer, mais également la barre des tâches de Windows 11. Vous pouvez apporter l'apparence de Windows 10 ou Windows 7 à Windows 11, notamment en modifiant l'apparence de l'Explorateur. Vous pouvez vous impliquer autant que vous le souhaitez avec StartIsBack. Dans sa forme la plus rapide et la plus simple, vous pouvez simplement opter pour le menu Démarrer de Windows 7 ou Windows 10, mais vous pouvez mettre en place de nombreux autres réglages et personnalisations.

En plus de choisir ce qui doit apparaître dans le menu Démarrer, vous pouvez modifier l'icône et la taille du bouton Démarrer, diviser la barre des tâches en deux (la section principale et la barre d'état système) pour un look unique, ajuster les effets de transparence, etc.

Notons que l'application a été entièrement reconstruite pour Windows 11, et elle ne fonctionnera que sur cette version. Elle promet même d'utiliser moins de ressources système que le menu Démarrer et la barre des tâches intégrés de Windows 11, ce qui pourrait réellement améliorer les performances de votre PC.

StartISBack est généralement un outil payant, mais tout le monde peut essayer gratuitement la nouvelle version bêta de Windows 11. Ce ne sera pas le cas lorsque le logiciel sera en disponibilité générale en novembre (peu de temps après le lancement officiel de Windows 11) et vous devrez éventuellement acheter une licence. Le développeur prévient également que cela n'est pas destiné aux utilisateurs du canal Dev du programme Insider, car il vise la première version officielle de Windows 11.

Comme il s'agit d'une version préliminaire du logiciel, il n'est guère surprenant d'apprendre qu'il existe quelques problèmes connus.


Start11 qui ramène un menu Démarrer classique à Windows 11

Bien sûr il existe plusieurs outils de ce genre. Stardock a annoncé Start11, un programme qui permet aux utilisateurs de personnaliser le menu Démarrer de Windows. Comme avec les éditions précédentes des produits StartX, Start11 permet aux utilisateurs de restaurer le menu Démarrer comme dans les versions précédentes de Windows et de le personnaliser à leur guise. La version bêta est maintenant disponible sur la page d'accueil de Stardock.

Mi-août, Brad Wardell, PDG de Stardock, a déclaré : « Cette première version bêta est conçue pour récupérer certaines des fonctionnalités perdues dans le menu Démarrer actuel de Windows 11 ». Et d'ajouter « Nous avons prévu de nombreuses nouvelles fonctionnalités intéressantes pour rendre le menu Démarrer non seulement plus accessible, mais aussi plus utile pour les entreprises et les utilisateurs expérimentés. »

La première version bêta de Start11 est compatible avec Windows 11 et Windows 10, prend en charge le déplacement du bouton Démarrer au milieu ou vers la gauche, rend visible de nombreuses fonctionnalités Windows subtiles et fournit une nouvelle interface utilisateur de configuration qui permet une personnalisation étendue.


« La nouvelle interface utilisateur a été conçue pour prendre en charge les futures conceptions du menu Démarrer », a déclaré Wardell. « Start8 et Start10 se sont concentrés sur la restauration des versions précédentes du menu Démarrer. Start11 étendra cela pour prendre en charge une multitude de nouvelles idées de menu Démarrer telles que le concept de pages, d'onglets, de minimalisme et de fonctionnalités pour nos entreprises clientes ».

ISV Stardock a pendant de nombreuses années pris en charge ces clients pour les remplacements du menu Démarrer, remontant à l'atroce écran de démarrage de Windows 8.

Maintenant, la société est de retour avec Start11, un remplacement du menu Démarrer pour Windows 11.

Start11 restaure le menu Démarrer classique dans Windows 10/11 et propose actuellement :
  • Choisissez parmi plusieurs dispositions du menu Démarrer
  • Fonctionne sous Windows 10/11
  • Intégrez les « clôtures » de Stardock dans le menu Démarrer
  • Accédez rapidement à la recherche sur votre bureau
  • Ajouter de la couleur/texture au menu Démarrer et à la barre des tâches

télécharger sur le site de StartIsBack

Source : StartIsBack
8  0